Éducation à l’alimentation

Éducation à l’alimentation

 

L’éducation à l’alimentation est au cœur des enjeux de l’éducation au développement durable. Elle est le terreau de projets expérimentaux et innovants dans l’académie avec des réseaux d’établissements qui s’engagent et se mobilisent. Ces projets peuvent être soutenus et accompagnés par les services académiques et départementaux (DSDEN, DAAC, DFIE, Coordination académique EDD) de l’ Education nationale en collaboration avec ses partenaires (collectivités et associations).

Dans cette dynamique le 12 juin 2019 l’association « Réseau Marguerite, cultivons ensemble un monde plus juste », les services  académiques et départementaux de l’Education nationale et le service développement durable de la Métropole de Lyon ont présenté leurs actions . Ils ont travaillé avec des représentants d’établissements, d’écoles, d’associations pour   le déploiement d’un réseau sur la thématique de l’éducation à l’alimentation et pour le développement des projets d’actions partenariales dans les collèges et les écoles de la Métropole de Lyon.

Le Réseau Marguerite, est une association loi 1901 qui est lauréat du programme national pour l’alimentation 2019  dans la catégorie « L’éducation alimentaire pour la jeunesse ». Il s’est constitué à partir du projet Marguerite initié en 2013 à l’ENS de Lyon. C’est un projet pédagogique interdisciplinaire de sensibilisation critique des adolescents aux problématiques de l’agriculture et de l’alimentation durable  pour rendre les élèves porteurs d’actions innovantes sur leurs territoires et faire évoluer leur environnement alimentaire.

Cette année la Mission Innovation Expérimentation du pôle DFIE a accompagné onze collèges et un lycée du Réseau Marguerite  pour le développement de leur projet. Cet accompagnement a également permis aux membres des équipes de prendre du recul sur les actions mises en œuvre pour évaluer leurs effets :

  • Les projets des équipes s’inscrivent dans un ou plusieurs parcours éducatifs  et permettent de développer un climat scolaire qui favorise les apprentissages, la persévérance et l’inclusion. Les élèves apprennent à faire des choix et des compromis, développent des connaissances sur la justice alimentaire tout en coopérant.
  • La force de Marguerite est le travail en équipe et en réseau d’équipes avec l’appui de la recherche. Cela permet de faire travailler autrement les élèves, de les mettre en condition de réussites et améliore les relations interpersonnelles entre les professeurs et les élèves.
  • La participation au projet implique de travailler en partenariat avec les acteurs du territoires ce qui favorise une inter-connaissance et une coéducation participative. Enfin la participation des élèves à des événements propres aux établissements et à un congrès annuel organisé par le Réseau Marguerite permet de concrétiser et de valoriser le travail d’une année, de faire rayonner le projet à l’intérieur comme à l’extérieur des établissements grâce au bonheur et à l’engagement communiqués par les élèves et les professeurs participants au projet.

Des ressources pour aller plus loin :

Jean-Christophe Vohl, ingénieur DFIE Mission Innovation Expérimentation (CARDIE)

Les commentaires sont clos.