Autonomie des établissements, qualité de vie des personnels, réussite des élèves et gouvernance

Autonomie des établissements, qualité de vie des personnels, réussite des élèves et gouvernance

Le contexte

 Les enquêtes menées par Georges Fotinos (chargé de mission MGEN) posent un diagnostic sans concession pour les acteurs du système et montrent l’impérieuse nécessité de mettre la qualité de vie au travail au centre des projets d’établissement. La recherche, de son côté, montre l’influence des conditions de travail sur les performances globales.

Dans ce contexte, une expérimentation académique pour améliorer la qualité de vie en contexte scolaire des élèves et des personnels a été initiée à la rentrée 2018.

Cette expérimentation s’inscrit dans le contexte de l’avant-projet stratégique de l’académie de Lyon. Elle s’appuie sur le postulat selon lequel l’amélioration de la qualité de vie des élèves, alliée à celle de la qualité de vie au travail, soutenues par un renforcement de l’autonomie de l’établissement conduisent à une amélioration de la réussite des élèves.

Le comité de pilotage

Il est coordonné par Thierry Dosh (directeur de cabinet de Monsieur le recteur) et Jean-Christophe Bidet, IA-DAASEN du Rhône. Il réunit :

  • Martine Petit, IA-DAASEN de la Loire
  • Christophe Marsollier, IGEN/COAC
  • Georges Fotinos (chargé de mission)
  • Gilles Bal (chargé de mission)
  • Stéphanie de Saint-Jean, directrice des ressources humaines
  • Didier Quef, délégué formation, innovation et expérimentation
  • Michèle Prieur, ingénieure mission innovation
  • Estelle Vergnole, ingénieure mission formation
  • les huit chefs d’établissement et les deux IEN impliqués dans l’expérimentation

Outre une première réunion de lancement du projet, le comité de pilotage s’est réuni à quatre reprises en 2018-2019.

Le comité de pilotage s’appuie également sur les acteurs et dispositifs déjà existants dans l’académie : les IA-IPR établissements et vie scolaire, le service social, le service santé, le groupe académique climat scolaire, le dispositif ABMA…

Les établissements impliqués

L’expérimentation concerne 8 établissements ou secteurs dans les trois départements de l’académie de Lyon :

  • LGT Val de Saône – Trévoux (01)
  • LPO Joseph-Marie Carriat – Bourg en Bresse (01)
  • Secteur école/collège Jules Ferry – Roanne (42)
  • Secteur école/collège Jean Papon – La Pacaudière (42)
  • CLG Gérard Philipe – Saint-Priest (69)
  • CLG Môrice Leroux – Gratte-ciel – Villeurbanne (69)
  • REP Théodore Monod – Bron (69)
  • REP Alice Guy – Lyon 8 (69)

Le cadre général de l’expérimentation

Cette expérimentation repose sur quelques prérequis : volontariat des équipes, confiance, bienveillance relationnelle, engagement et exigence. Chaque établissement bénéficie d’un accompagnement articulant une aide à la conduite de projet, un plan de formation et un adossement à la recherche. Cet accompagnement vise à outiller la réflexion et l’action mais en aucune façon à délivrer des solutions « clés en main ». Il s’appuie sur une aide logistique de la direction prospective et statistiques pour la passation de questionnaires.

Les étapes de l’expérimentation :

L’accompagnement par la DFIE

Chaque établissement impliqué dans l’expérimentation bénéficie de l’accompagnement d’un binôme conseiller en développement – formateur académique. Ces derniers sont en lien direct avec les établissements et apportent aide et expertise à chaque étape de l’expérimentation. À ce titre ils peuvent participer aux réunions des comités internes des établissements.

Les ingénieures Dfie font la liaison avec les acteurs de terrain (accompagnateurs et établissements), le comité de pilotage et la direction prospective et statistiques.

La Dfie a mis en place des espaces collaboratifs numériques pour les différents acteurs :

  • un espace collaboratif Tribu pour l’accompagnement (formateurs académiques, conseillers en développement, chercheur et Dfie),
  • un espace collaboratif m@gistère pour le partage et l’échange de ressources et documents ouvert à tous les acteurs de l’expérimentation,
  • elle accompagne les établissements à la création d’un espace collaboratif en interne à leur demande (via l’ENT ou Tribu par exemple).

Le site Dfie est un support  pour la communication et la valorisation de l’expérimentation : http://dfie.ac-lyon.fr/

L’accompagnement par la recherche

 Un comité scientifique, coordonné par Stéphanie Mazza, professeure des universités, est garant de l’adossement de cette expérimentation à la recherche. Il est constitué d’un nombre restreint de professionnels du monde de l’éducation et du monde de la recherche ayant des expertises complémentaires : Stéphanie Mazza, Didier Quef, Michèle Prieur et Julien Masson.

Le comité scientifique a pour mission de :

  • repérer les laboratoires travaillant sur les thématiques de l’expérimentation,
  • contribuer à l’évaluation des projets de recherche sur la base de leur scientificité, de leur adéquation avec les contextes des établissements et de leur complémentarité,
  • aider les appariements entre les projets de recherche et ceux des établissements en veillant aux bénéfices réciproques des acteurs,
  • suivre l’avancée des recherches (bilans d’étape, bilan terminal) en veillant à la bonne coordination de tous les acteurs.

Un appel à projets de recherche, en appui sur les diagnostics effectués dans les établissements a été diffusé le 17 septembre 2019. Les réponses à cet appel d’offres seront étudiées dans la semaine du 6 octobre par un comité de sélection, et validées par le comité de pilotage courant octobre.

Le comité scientifique organise également des temps d’apports scientifiques pour étayer la réflexion des équipes éducatives et des accompagnateurs.

Conférences organisées en 2018-2019 :

  • Christophe Marsollier – Comment créer les conditions relationnelles du bien-être scolaire et de la réussite des élèves ?
  • Stéphanie Mazza – Les données OCDE sur la QVE
  • Julien Masson – Ecoles promotrices de santé et bien-être à l’école

Bilan 2019-2020

Le rythme d’avancement de chaque établissement a été respecté.

Début 2019-2020, un bilan réalisé avec l’aide des conseillers en développement et formateurs académiques fait apparaître que la majorité des établissements ont à ce jour effectué un diagnostic de la qualité de vie dans leur contexte et identifié des axes de travail.

Cinq établissements sur huit ont adressé à la DFIE des demandes formation d’initiative locale dont certaines sont déjà mises en place.

Les axes de travail :

  • construction du sentiment d’appartenance
  • gestion de conflits (adulte-adulte, adulte-élève, élève-élève)
  • climat scolaire
  • confiance – bienveillance – réciprocité
  • communication bienveillante
  • autonomie et responsabilisation
  • justice et sécurité

Les difficultés rencontrées :

  • le contexte de réforme du lycée et de transformation de la voie professionnelle pour les lycées mobilisés par l’expérimentation,
  • des attentes trop fortes concernant les questionnaires de la part des pilotes et des équipes,
  • la nécessité d’ouvrir le comité interne dans chaque établissement à un maximum de personnels afin de fédérer les équipes et d’impliquer un maximum d’acteurs,
  • l’implication et/ou la place laissée au 1er degré dans les secteurs école-collège impliqués,
  • la mise en place d’échanges de pratiques entre les établissements.

Questions 2019-2020

  • Le changement de pilotes sur le secteur Jean Papon – La Pacaudière

Les nouveaux pilotes contactés en début d’année souhaitent rester dans l’expérimentation. Lydie Grandclément (chef d’établissement du collège en 2018-2019) souhaite réintégrer l’expérimentation avec son nouvel établissement.

  • La mise en réseau des établissements impliqués dans l’expérimentation : comment mettre en place des échanges de pratiques ?
  • Question du déploiement de l’expérimentation :
    • Quand ?
    • À quelle échelle ?
    • Avec quel accompagnement ?
    • Quels critères d’entrée dans l’expérimentation ?
    • Quelle modélisation ?
    • Quel partenariat avec les collectivités territoriales ?
Les commentaires sont clos.