Continuité pédagogique et continuité éducative

Continuité pédagogique et continuité éducative

 

Si la continuité pédagogique reste la priorité absolue, sa mise en œuvre soulève de nombreuses questions également d’ordre éducatif. 

Parmi ces dernières, la relation école/famille(s) se trouve nouvellement interrogée car « Faire classe à la maison » n’est pas un allant de soi pour de nombreux parents, ceci malgré la prise en charge et l’accompagnement à distance des professeurs, et selon les conditions techniques et matérielles possibles. De la même manière, être « coupé physiquement » de son environnement scolaire, de son/ses groupe(s) de pairs réinterroge entre autre la construction progressive si ténue des sentiments d’appartenance et de référence, la permanence de ces éléments psychiques tellement indispensables au développement de l’intelligence émotionnelle comme aux apprentissages scolaires eux-mêmes. 

Parce que le distanciel, les réseaux sociaux ne pourront avoir « tout compensé », sans doute aurons-nous à questionner sur le plan éducatif la reprise de l’activité en classe, en école, en établissement sans ignorer les changements, voire les ruptures induites, sans ré interroger de nouvelles conditions du bien-être des élèves, de leurs familles et celui de tous les acteurs de l’éducation. Sans doute faudra-t-il accompagner, surtout ne pas dénier ni faire comme s’il ne s’était rien passé. Peut-être suffira-t-il de mettre en mots, de donner la parole à chacun. Il faudra assurément et en tout état de cause “soigner”, en substance “prendre soin” de chacun.  

Si la situation de crise sanitaire majeure que nous traversons laisse et laissera des traces chez tous les acteurs comme chez les usagers de l’école, traces qui nécessiteront a minima la “mise en mots” évoquée,  elle fait également apprendre et grandir par nécessité. Elle conduit inéluctablement vers un ailleurs, un autre “vivre ensemble”, de nouvelles pratiques pédagogiques et éducatives, une valorisation et mobilisation de nouvelles compétences psychosociales des élèves. La relation “élève/école/familles” future ne pourra faire fi de cet “autrement” là, cette autre incontournable relation dont nous ne connaissons pas encore tous les contours évidemment. L’expérience relationnelle acquise sera positivement et nécessairement transférable: un nouveau regard commun sur les démarches d’apprentissage des élèves, sur les méthodes pédagogiques, sur l’évaluation des apprentissages, sur les outils, sur le bien-être dans la relation éducative elle-même, sur les compétences psychosociales des élèves devra être réfléchi et construit car telle est sans aucun doute le sens premier de la confiance mutuelle, celui de l’école de la confiance… à suivre …

Didier QUEF

 

Une réaction au sujet de « Continuité pédagogique et continuité éducative »

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.