André Tricot – Le numérique permet-il d’innover en pédagogie ? (23 mars 2021)

André Tricot – Le numérique permet-il d’innover en pédagogie ? (23 mars 2021)

En co-organisation avec la Cardie Paris, la Mission Innovation Expérimentation du Pôle Dfie (CARDIE Lyon) propose un nouveau cycle de 5 conférences interactives en ce printemps 2021.

Retrouvez le programme intégral.

Mardi 23 mars 2021 : « Le numérique permet-il d’innover en pédagogie ? »

André Tricot, professeur de psychologie cognitive, Laboratoire Epsylon – Dynamique des Capacités Humaines et des Conduites de Santé, à l’université Paul Valéry de Montpellier.

La révolution numérique, en quelques années, a profondément changé nos habitudes de vie. Mais qu’en est-il en pédagogie ? Le numérique a-t-il changé notre façon d’enseigner et d’apprendre ?

Idées fortes développées

Le numérique n’engendre pas l’invention de nouvelles tâches. La plupart des tâches existent depuis plus d’un siècle. Il ne modifie pas les tâches mais les conditions de leur mise en œuvre.

Le confinement a imposé de nouvelles contraintes. La mise en œuvre de certaines tâches est rendue plus difficile à distance : c’est le cas de l’écoute par exemple, qui reste plus facile à réguler dans une classe en présentiel.

Les supports de ces tâches ont évolué avec le numérique. Ainsi, la tâche d’étude de carte en géographie ne change pas mais le support de la tâche a évolué et devient plus complexe.

Les outils numériques ont aussi développé de nouvelles interactions : on peut aujourd’hui envoyer des documents instantanément. Mais la qualité de certaines interactions a été modifiée ; c’est le cas des interactions non verbales.

Les processus d’apprentissage n’ont quant à eux pas évolué avec le numérique. Ils ne sont pas affectés quand l’enseignant change d’outils ou de façon d’enseigner.

Ils sont les mêmes qu’auparavant mais les conditions de mise en œuvre de ces processus sont très différentes.

Les travaux montrent que beaucoup de supports numériques sont trop complexes et qu’il existe un déficit de conception de support de qualité pour soutenir la compréhension. Il faut des outils simples et de qualité.

Le numérique a permis de mieux faire face au confinement avec des innovations au niveau des supports, des conditions de mise en œuvre des tâches et des apprentissages eux-mêmes.

La pédagogie n’a pas réellement évoluée mais bénéficie de la numérisation des supports et des conditions de mise en œuvre des tâches. 

 

Thème abordés lors des échanges

Numérique et rétroaction 

La rétroaction n’est pas la même si elle est pilotée par un humain ou si elle est automatisée.  Lorsqu’elle est pilotée par un humain en direct, cela est difficile mais si on prend une expérimentation comme les pad : l’outil peut donner à voir une tâche. L’enseignant peut alors intervenir directement sur la production. L’essentiel de l’interaction avec les élèves relève de leur production en temps réel, ce qui permet une rétroaction extrêmement fine.

Numérique et motivation des élèves.

Les résultats des études montrent un accroissement de l’intérêt des élèves pour une tâche avec le numérique.

Or la motivation ne correspond pas qu’à l’intérêt. C’est aussi l’engagement dans les apprentissages ; Cette part de la motivation n’est pas pour autant développée par le numérique.

Paradoxe préférence/performance

Selon les travaux, les préférences des élèves ne sont pas prédictives de la motivation, ni de la qualité de l’apprentissage.

La différenciation scolaire peut être facilitée avec le numérique.

Les temps partagés, lors des visio conférence, avec certains élèves deviennent plus riches.

Adéquation objectifs d’apprentissage visé et situations d’enseignement.

Il faut s’interroger à chaque tâche, sur les conditions qui permettent d’emmener sur les apprentissages.

Il n’existe pas de plus-value générale pour le numérique.

Quel que soit l’âge des enfants, une tâche d’apprentissage doit être associé à un objectif spécifique. Si l’outil (numérique, support, logiciel) améliore l’apprentissage alors cela est positif.

Parfois des tâches qui semblent proches, bénéficient de manière différente des outils.

La prise de notes est toujours meilleure sur papier que sur un ordinateur.

Il ne s’agit pas de refaire en distance ce que l’on fait en présence, cela ne marche pas. Il faut reconcevoir un enseignement avec des tâches différentes, des explications précises selon les temporalités différentes.  Une préparation conséquente.

Peu de recul sur les modalités hybride/synchrone. Une recherche est actuellement en cours sur ce sujet.

Les travaux montrent juste que l’attention est sur-sollicité à distance.

 

Ressources à partager
  • Amadieu, F., & Tricot, A., Apprendre avec le numérique, 2ème édition. Retz, collection Mythes et réalités, 2020.
  • Musial, M. & Tricot, A., Précis d’ingénierie pédagogique. De Boeck, 2020
  • Tricot, A., Le numérique permet-il d’innover en pédagogie ? In E. Leleu- Galand & F. Samarine (Eds.), Les pédagogies alternatives et démarches innovantes. (pp. 209-217). Nathan, 2020

En 2020, il a également produit une synthèse sur le “Numérique et les apprentissages scolaires” pour le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) :

Les outils numériques au service du travail collaboratif https://www.reseau-canope.fr/service/des-outils-numeriques-au-service-du-travail-collaboratif.html

Conférence de pascal plantard sur « Pédagogie et numérique – Retours d’expériences sur le confinement :https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_2133097/6-octobre-2020-pascal-plantard a revoir la « 

Témoignage d’une enseignante sur sa mise en œuvre de la continuité pédagogique : http://dfie.ac-lyon.fr/temoignage-dune-professeure-des-ecoles-dans-sa-mise-en-oeuvre-de-la-continuite-pedagogique-pendant-la-periode-de-confinement/

IFE à Lyon : étude descriptive sur des échantillons enseignants et confinement

http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/groupes-de-travail/enseignement-et-confinement-1

*****

Lien vers l’article de présentation du  cycle des cinq conférences 

Les commentaires sont clos.